Régions viticoles de Chili

      La majesté des Andes et la rudesse du Pacifique pour écrin

      Observez le Chili sur une carte et vous verrez que sa forme est vraiment peu commune. Il s’étend sur 4300 kilomètres de long et seulement 180 kilomètres de large à environ 38 degrés de longitude. Enclavé entre le Pérou, la Bolivie, l’Argentine et le Pacifique, entre les Andes, le désert d’Atacama et le champ de Glace de Patagonie, le Chili exhibe des paysages multiples époustouflants, des zones climatiques distinctes et une mosaïque de terroirs absolument fascinante.

      Chile

      Pratiquement chaque voyage au Chili commence et finit à Santiago du Chili, sa capitale. Ici la vie palpite, les Andes merveilleuses en toile de fond. Les premiers vignobles du pays se concentrent dans les environs de Santiago, où les sols s’avèrent extraordinairement fertiles et donc parfaits pour la viticulture.

      Vins du Nouveau Monde – Histoire des vins du Chili

      Les débuts de la viticulture chilienne remontent au XVIe siècle. L’histoire vinicole du pays commença avec la conquête de l’Amérique du Sud par les Européens, lorsque les Espagnols - et avec eux les premières vignes - arrivèrent au Chili. Les années suivantes démontrèrent à quel point les conditions géologiques et météorologiques des vallées autour de Santiago étaient idéales, et confirmèrent l’essor, en nombre et en taille, des exploitations viticoles. Puis au fil des décennies, de nouvelles régions propices à la viticulture virent le jour ; parallèlement, avec l’arrivée du chemin de fer vers 1860 le commerce mondial commença, déclenchant l’expansion de la production de vins du Chili. Entre 1850 et 1890, de nombreuses bodegas furent fondées, dont certaines aujourd'hui sont les plus grandes du pays - par exemple les domaines Errazuriz, Concha y Roro ou San Pedro.

      Pour plus d'infos, voir ici:

      Le Chili qui connut une nouvelle période de croissance dès 1985 enregistra la création massive de nouveaux vignobles d’envergure et l’importation de vignes européennes. D’innombrables joint-ventures internationaux entraînèrent des améliorations qualitatives notoires : la modernisation sans précédent des caves permit une rapide adaptation de la production aux normes mondiales.

      Sols, montagnes et mer

      Outre la capitale, les hauts lieux touristiques du Chili les plus fréquentés sont avant tout le désert d’Atacama, la Région des Lacs et naturellement l’île de Pâques. La nature est d’une beauté saisissante et caractérisée par des terres fertiles, des hautes montagnes et la proximité de la mer.

      Les territoires viticoles les plus importants se concentrent sur tout juste 200.000 hectares de surfaces cultivées dans les régions de Coquimbo, Aconcagua, Vallée Centrale et Valle Sur, ainsi que dans leurs sous-appellations respectives. Les Andes d’altitude dont le majestueux Aconcagua approche 7000 m, courent le long de la côte et protègent les vignobles de la plupart des intempéries. Grâce aux vallées fluviales, un air marin frais balaie sans cesse l’intérieur des terres, si bien que les fortes températures d’été sont quelque peu adoucies et que les raisins bénéficient d’un apport de fraîcheur régulier. Et parce que les étés sont chauds et secs, les vignobles n’ont quasiment rien à redouter des attaques de champignons ni d’autres maladies, et s’accommodent fort bien des traitements biologiques en raison des conditions naturelles. La lumière qui est très intense au Chili a un effet particulièrement positif sur la vigne pendant la période de croissance. De même, la différence très importante entre les températures des journées chaudes et des nuits fraîches, procure aux raisins une belle maturité, fraîcheur et équilibre.

      Par leurs dissemblances, les aires de production façonnent des vins très différents - les sols sont variablement faits de terres alluviales constituées de graviers et de galets, de terres argileuses, de tuf et de terres volcaniques voire boueuses et humides. Si les cépages blancs s’épanouissent particulièrement bien dans les régions côtières relativement fraîches, les cépages noirs faiseurs de vins puissants et intenses, dominent à l’intérieur des terres.

      Le carménère, cépage emblématique du Chili

      L’éventail des variétés de cépages s’est considérablement modifié ces dernières décennies. Alors qu’il n’y a pas si longtemps, le cépage pais était le plus important en termes de volume, aujourd’hui le cabernet sauvignon couvre la plus grande aire cultivée et représente plus du tiers de l’approvisionnement. D’autres cépages que le cabernet, à savoir le sauvignon blanc, le chardonnay, le merlot et le pinot noir fournissent des vins réputés pour leur qualité. Par ailleurs, le Chili dispose avec le carménère d’un cépage emblématique, qui aujourd’hui est pratiquement cultivé en quasi « exclusivité mondiale » sur plus de 8000 hectares ; il apporte une contribution unique au répertoire mondial des vins rouges. Originaire de France, le carménère avait disparu au milieu du XIXe siècle à cause de l’épidémie de phylloxera qui sévissait pratiquement dans toute l’Europe. Le Chili est le seul pays au monde à avoir été épargné par le phylloxera, ce qui lui a permis d’éviter complètement le greffage des ceps et de tirer parti d’un stock important de vieilles vignes franches de pied. Le carménère chilien s’exprime dans un feu d’artifices de notes explosives de fruits rouges et noirs très mûrs; il libère une palette aromatique envoûtante de paprika vert et d’eucalyptus, de tannins souples et très goûteux, avec une belle persistance et une faible acidité.

      Grâce à une vendange rigoureusement sélective, aux expériences internationales des œnologues, à la vinification séparée des différents cépages, au développement de zones de culture plus fraîches, le Chili produit désormais des pièces uniques (unikate) sensationnelles, qui sont parmi les meilleurs vins du monde. Et surtout grâce au légendaire « Berlin Tasting » 2004 - aujourd’hui encore considéré comme une étape majeure de l’histoire de la viticulture sud-américaine - qui a révélé le potentiel de niveau mondial du Chili et lui vaut désormais une reconnaissance internationale. Ce jour-là, les vins-icônes du Chili « Seña » et « Viñedo Chadwick » ont devancé des crus prestigieux comme Château Lafite ou Château Margaux, lors d’une dégustation à l’aveugle de 36 éminents experts en vins européens. Les évaluations toujours élogieuses par lesquelles les critiques en vins les plus éminents au monde, James Suckling et Robert Parker, saluent année après année les vins chiliens, prouvent à l’évidence que le Chili à l’heure actuelle n’incarne pas seulement le hotspot le plus en vogue du monde du vin, mais qu’il est entré dans le cercle des grands pays viticoles.