Vins rosés

      Vins rosés

      Le boum du rosé

      Le rosé fait boum ! L’offre du marché n’a jamais été aussi grande et les fans de rosé jamais aussi nombreux qu’aujourd’hui. Tandis que par le passé seuls les vrais amateurs en redemandaient, les rosés aujourd’hui sont l’objet d’un engouement croissant. Nombreux vignerons, y compris la jeune génération, reconnaissent que le bon rosé est une plate-forme attractive, pour se montrer sur le marché et gagner de nouveaux consommateurs. Très souvent les étiquettes des bouteilles originales rompent avec les habillages traditionnels et affichent le caractère joyeux et simple des vins rosés.

      Pour plus d'infos, voir ici:

      Les rosés victimes de préjugés

      Autrefois les vins rosés souffraient d’un déficit d’image et de vente parce que « ni rouge, ni blanc » et parce que la majorité des consommateurs de vin aimaient passionnément le vin rouge ou le vin blanc. Les amateurs de vin rouge trouvaient les rosés trop clairs et pas assez puissants, les amateurs de vin blanc trouvaient les rosés pas assez vifs.

      De plus, les rosés ont toujours pâti de la réputation d’être des résidus recyclés ; parce que les méthodes de fabrication classique découlent du processus de concentration initial du vin rouge, laissant à penser que le rosé obtenu est un sous-produit. Egalement, parce que ces méthodes permettent d’utiliser les raisins de jeunes vignes qui n’ont pas encore une maturité et une intensité suffisantes pour construire des vins rouges puissants.

      Les vins rosés se heurtaient aussi aux préjugés qui voulaient qu’ils soient toujours sucrés et manquent de fraîcheur. Possible qu’il y ait eu autrefois quelque chose de vrai dans tous ces arguments, mais le débat n’est plus à l’ordre du jour, car la plupart des rosés sur le marché sont des vins secs classiques et produits avec le plus grand soin.

      90+ points et pas de fin en vue

      Symboles de l’essor des rosés vers de nouveaux sommets, des vins aujourd’hui existent, comme le Miraval qui, - s’il apporte une touche de glamour hollywoodien dans le rose des vins grâce à ses célèbres propriétaires Angelina Jolie et Brad Pitt - prolonge aussi l’histoire d’une famille de producteurs très renommés. Car ce n’est rien moins que la famille Perrin qui est responsable de la vinification de ce classique provençal, elle qui s’illustre déjà avec le Château Beaucastel, absolu Beletage du vignoble de Châteauneuf-du-Pape. Non content d’être un vin formidable réputé pour sa qualité, le Miraval a notamment été sacré meilleur vin rosé du monde.

      Mais d’autres rosés de cet Eldorado qu’est la Provence attirent l’attention avec des notes de critiques spécialisés excédant 90 points. Ils prouvent ainsi que les vins de cette catégorie sont depuis longtemps sortis de l’enfance et sont désormais adultes. De toute évidence, le rosé en tant que boisson saisonnière fête son deuxième printemps. La fin de son vol d’altitude n’est pas à l’horizon. Sa part du marché ne cesse de progresser, elle atteint maintenant 9% en Allemagne. A l’image du vin blanc, le rosé est par excellence le vin de l’été et des terrasses, l’escorte idéale des hors d’oeuvres légers, du poisson, des fruits de mer et des grill-foods.

      La genèse du rosé

      Habituellement, la vinification du rosé relève de trois méthodes différentes: le « pressurage» consiste à presser directement les raisins et évite ainsi que la peau et le jus des raisins restent en contact, la coloration du jus est alors rose très pâle. La plupart du temps, les raisins proviennent de vignes plus jeunes qui ne présentent pas une concentration suffisante pour faire des vins rouges. C’est ainsi que sont fabriqués les rosés du lac de Garde ou de Bordeaux.

      La deuxième méthode dite « de macération », qui est en principe la première étape d’élaboration des vins rouges, durant laquelle le jus fraîchement pressé est en contact avec la peau des raisins ; elle peut durer jusqu’à deux semaines, tandis que dans les cas des vins rosés le jus ne reste que quelques heures, voire quelques minutes au contact de la pellicule des fruits. Tout cela dépend du style du futur vin, car plus le moût et les peaux séjournent longtemps ensemble, plus les rosés sont foncés, pleins et intenses au goût.

      « Saignée » (traduit « Aderlass ») est la troisième méthode. Elle procède sensiblement de la technique de fabrication des vins rouges, à savoir que le moût reste au contact de la peau des raisins, mais moins longtemps. Comme son nom l’indique, la différence tient dans le fait que le jus devenu rose en quelques heures seulement, est récupéré pour être vinifié séparément dans un autre récipient (généralement des réservoirs). La peau des raisins reste à macérer dans la cuve. Comme seulement 10 à 20% du moût sont transformés en vin rosé, cette méthode présente deux avantages : d’une part, le rosé obtenu gagne en intensité, qui selon la durée de la macération peut être rose pâle et au fruité doux, ou rose soutenu et au fruité intense. D’autre part, les 80% restés en cuve acquièrent une concentration de couleur et d’extrait propre au vin rouge, du fait que la proportion des peaux est plus importante qu’avant la saignée. Cette méthode est couramment utilisée pour l’élaboration du Tempranillo en Espagne et des vins rouges du Sud de la France. Le fameux « Rosé de Tavel » bénéficie même d’une Appellation d’Origine Protégée qui réglemente la production exclusive de vin rosé. Sa robe rouge foncé se rapproche de celle du vin rouge.

      Dans notre sélection, vous trouverez une grande variété de rosés fantastiques de différents pays, France, Italie, Suisse, et Espagne. Mais aussi des rosés de choix d’outre-atlantique, Chili, Etats-unis, Australie et Nouvelle-Zélande. Vif ou sec, rose saumon ou presque rouge - lequel sera votre préféré ?

      33 Résultats

                        Produit 1 a 24 de total 33